Conjoncture textile-cuir

.

Août 2018

Après un court rebond pour la saison automne-hiver 2017/2018, le marché stagne de nouveau.

Malgré la poursuite des créations d'emplois et la baisse du nombre de chômeurs, la croissance des revenus des ménages s'affaiblit sous l'effet de la hausse de la fiscalité (CSG, tabac, produits pétroliers ...)

Les ménages ont poursuivit la reconstitution de leur épargne au premier semestre 2018, le budget habillement servant comme d'habitude de variable d'ajustement lorsque les ménages veulent réduire leur consommation.

Au dernier trimestre 2018, la suppression de la taxe d'habitation devrait redonner du pouvoir d'achat et les ménages auront terminé la reconstitution de leur épargne. Ceci laisse présager un rebond de la consommation fin 2018 et début 2019.

Même si l'environnement économique redevient légèrement favorable, ceci risque de ne pas être suffisant pour relancer le marché du vêtement, dont la crise est structurelle (cf. notre étude sectorielle).

.

Prochaine mise à jour : 30 Octobre 2018

(Pour recevoir automatiquement la mise à jour, inscrivez vous sur la liste des destinataires à partir de la page contact)

Source INSEE
.
Marché en volume : Taux de croissance sur 12 mois glissants (*) - Août 2018
Prix textile cuir : Taux de croissance de l'indice mensuel des prix par rapport à l'année précédente - Septembre 2018
Revenus : Taux de croissance du revenu disponible brut des ménages sur 1 an glissant - €uros constants - 2ème trimestre 2018
Consommation : Taux de croissance de la consommation des ménages sur 1 an glissant - €ufos constants - 2ème trimestre 2018
Emploi : Taux de croissance de l'emploi dans le secteur privé par rapport à l'année précédente - 2ème trimestre  2018

(*) Les volumes mensuels sont corrigés des variations saisonnières. Ce taux de croissance est une moyenne des taux de croissance des 12 derniers mois. C'est un indicateur de tendance de la croissance, qui ne prend pas en compte le poids des différents mois dans les ventes annuelles.

I - Consommation des ménages textile-cuir

1.1 - Consommation textile-cuir en volume

1.2 - Indice des prix habillement chaussures

.

II - Les facteurs de croissance du marché textile-cuir

2.1 - Revenu des ménages

2.2 - Le choix entre consommation et épargne

2.3 - Consommation des ménages

2.4 - Hausse de l'emploi et baisse du chômage

2.5 - Météo

.

III - Environnement économique

3.1 - Les taux d'intérêts restent à un niveau très bas

3.2 - L'€uro se stabilise à un juste niveau

3.3 - Hausse du prix du pétrole

3.4 - Maintient de la croissance des principaux marchés d'exportation de la France

3.5 - Indicateur de synthèse de l'environnement économique

.   

IV - Retour à un sourcing de proximité

3.1 - Amorce d'un baisse du poids de la Chine et du Bangladesh dans les importations françaises

3.2 - Retour d'un sourcing de proximité en Tunisie, au Maroc et en Turquie

3.3 - La montée en puissance du Vietnam

.

.

I - Consommation des ménages textile-cuir

.

.

1.1 - Consommation textile-cuir en volume

.

De Septembre 2017 à Janvier 2018, le marché textile cuir a connu une courte reprise, qui a culminé à +1,5 % en volume sur 12 mois glissants.

Depuis Février 2018, le marché textile-cuir stagne de nouveau, ramené à un trend de croissance de seulement +0,5 % en volume.

..

Source INSEE - 28 Septembre 2018 - prochaine parution 30 Octobre 2018

Données cvs-cjo (niveau : millions d'euros aux prix de l'année précédente chaînés)

 

.

.

.

1.2 - Indice des prix habillement chaussures

.

Du côté de la demande, la stagnation du marché habillement-chaussures pousse les prix à la baisse.

Les prix étaient en hausse par rapport à l'année précédente durant les soldes d'hivers (Janvier et Février 2018), puis de nouveau durant les soldes d'été (Juillet et Août 2018). Les promotions permanentes tout au long de l'année ont fragilisé les périodes de soldes.

La poursuite de la hausse des prix en Septembre 2018 s'explique par la hausse du pétrole.

Déjà fortement fragilisée, la filière habillement-chaussures entre dans une période où les marges vont être laminées par la pression à la baisse des prix au détail (stagnation du marché) et la hausse des coûts (hausse du prix du pétrole et des salaires en Chine).

.

Les périodes de promotion se sont substituées aux périodes de soldes

Selon la Fédération du prêt-à-porter féminin et l'IFM,  le poids des soldes dans le nombre d'articles de prêt-à-porter féminin a diminué en 2017 de 27 % à 23,3 % (-3,7 points), alors que le poids des promotions a augmenté de 26,6 % à 27,5 % (+0,9 point).

Même si au final, le nombre d'articles de prêt-à-porter féminin vendus à prix barrés a diminué de 53,6 % à 50,8 %, il n'en reste pas moins que cela continue de représenter plus d'un article sur deux.

.

Source INSEE 11 Octobre 2018

Indice des prix à la consommation - Base 2015 - Ensemble des ménages - France métropolitaine - Produits manufacturés : Habillement et chaussures

Indice base 2015                                            taux de croissance m / m-12

Mois     2015        2016     2017   2018 

.  .

  % 2016    % 2017  
   % 2018  
Janvier   87,96   87,46    92,02   92.49 -0,57 % +5,21 % +0,51 %
Février   92,11   92,87   90,12 91,08 +0,83 % -2,96 % +1,07 %
Mars 103,98 104,26 103,50 103,03 +0,27 % -0,73 % -0,45 %
Avril 104,49 104,46 104,35 103,76 -0,03 % -0,11 % -0,57 %
Mai 105,18 105,36 104,84 104,70 +0,17 % -0,49 % -0,13 %
Juin 102,97 103,50 105,30 105,00 +0,51 % +1,74 % -0,28 %
Juillet  87,75   88,37   89,23 90,00 +0,71 % +0,97 % +0,86 %
Août    96,62      96,32     95,07 95,86   -0,31 %   -1,30 % +0,83 %
Septembre   104,31    104,28   103,62 104,23   -0,03 %   -0,63 % +0,59 %
Octobre  104,54    104,84   104,40  +0,29 % -0,42 %
Novembre 104,62 104,83 104,58 +0,20 % -0,24 %
Décembre 105,46 105,41 105,33 -0,05 % -0,08 %

II - Les facteurs de croissance

.

.

2.1 - Revenu des ménages

.

Après un rebond en 2016, puis en 2017, les ménages doivent faire face à un nouveau ralentissement de leurs revenus au premier semestre 2018.

Ce ralentissement des revenus au premier semestre 2018 s'explique par les hausses de la fiscalité : CSG,  taxe sur le tabac, taxe sur les produits pétroliers.

En fin d'année 2018, la baisse de la taxe d'habitation devrait redonner du pouvoir d'achat aux ménages.

.

Source INSEE - 14 Juin 2018

derniers trimestres : https://www.insee.fr/fr/statistiques/3615422

Croissance du Revenu Disponible Brut des Ménages en €uros constants (CVS-CJO)

Taux de croissance 1 an glissant

Trimestre     2015         2016        2017 
2018 .
T1 1,00 % 1,15 % 1,40 %   1,21 % 
T2 1,07 % 1,40 % 1,39 %  1,09 %  
T3 1,02 % 1,59 % 1,35 %
T4 1,06 % 1,54 % 1,38 %

.

.

2.2 - Le choix entre consommation et épargne

.

Après avoir puisé dans leur épargne en 2015 et 2016, les ménages ont du reconstituer leur épargne jusqu'au premier trimestre 2018, ce qui a freiné la reprise de la consommation.

Au second trimestre 2018, il semblerait que cette phase de reconstitution de l'épargne arrive à sa fin, ce qui pourrait favoriser une reprise de la consommation en fin d'année 2018.

.

.

En période de baisse des revenus, les dépenses de vêtements servent de variable d'ajustement dans le budget des ménages.

Lorsque les revenus s'améliorent un peu, les ménages reconstituent leur épargne.

C'est ce qui explique en partie la baisse des ventes de vêtements depuis le début de la crise financière de 2008. Pour qu'il y ait une véritable reprise de ce marché, il faudrait une période de reprise du pouvoir d'achat suffisamment longue pour que les ménages aillent au bout de la reconstitution de leur épargne.

.

2.3 - Consommation des ménages

.

.

Malgré la reprise économique et la baisse du chômage, la croissance de la consommation des ménages connaît une phase de ralentissement.

Ils ont d'abord du reconstituer leur épargne, puis au premier semestre 2018 leur pouvoir d'achat a été amputé par la hausse de la fiscalité (CSG, taxe sur le tabac, taxe sur les produits pétroliers ....).

Source INSEE

Croissance consommation des Ménages en €uros constants (CVS-CJO)

Taux de croissance 12 mois glissants

Trimestre    2015        2016        2017     2018 
T1 0,82 % 1,66 % 1,52 %  1,13 %
T2 1,16 % 1,79 % 1,25 %  1,16 % 
T3 1,35 % 1,72 % 1,34 %     
T4 1,57 % 1,86 % 1,15 %

.

.

.

2.4 - Hausse de l'emploi et baisse du chômage

.

Hausse de l'emploi salarié dans le secteur privé

Depuis le deuxième trimestre 2015, le nombre d'emploi dans le secteur privé augmente.

En 13 trimestres, les entreprises ont créé 744.800 emplois.

.

Nombre d'emplois dans le secteur privé en milliers

Données corrigées des variations saisonnières en fin de trimestre ; niveaux d'emploi
Champ : France (hors Mayotte), personnes de 15 ans ou plus
Source : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee

Source INSEE 11/09/2018 - prochaine parution 11/12/2018

Trimestre 2016 2017  2018 

 

 var 15/14 
 var 16/15 
 var 17/16 
 var 18/17 
T1  18.807,4    19.065,3    19.375,4   -24,5 152,5 257,9 310,1
T2  18.868,5  19.163,7 19.399,7 10,2 167,7 295,2 236,0
T3  18.937,3  19.214,5 62,8 218,9 277,2
T4  18.970,1  19.326.6 100,9 203,7 356,5

.

Les créations d'emplois dans le secteur privé restent insuffisantes pour faire reculer le chômage de façon significative.

Depuis son maximum au second semestre 2015, le nombre de chômeurs a baissé de -376.000 personnes (second trimestre 2018).

Le nombre de chômeurs reste supérieur de +599.000 personnes par rapport à son niveau d'avant crise (1,939 millions au deuxième trimestre 2008).

La baisse de l'emploi public (voir contrats aidés ci dessous) annule en partie la hausse des emplois privés, ce qui ralentit la baisse du nombre de chômeurs.

.

Source INSEE 14/08/2018 - prochaine parution 20/11/2018

Nombre de chômeurs en milliers - BIT - France métropolitaine  - en milliers

Trimestre 2016
2017 
2018  ..  var 17/16
var 18/17
T1   2.848  2.667  2.586 -181 -81    
T2   2.785  2.643  2.538 -142
-105    
T3   2.791  2.709 - 82
T4   2.804 2.501 -303

.

Taux de chômage - BIT - France métropolitaine - %

Trimestre   2015 
 2016 
 2017 
 2018   ..  var 15/14 
 var 16/15 
 var 17 / 16 
 var 18 / 17 
T1 10,3 10,2 9,6 9,2 +0,2 -0,1 -0,6 -0,4
T2 10,5 10,0 9,7 9,1 +0,4 -0,5 -0,3 -0,6
T3 10,4 10,0 9,7 +0,1 -0,4 -0,3
T4 10,2 10,0 8,9 -0,2 -0,2 -1,1

.

Le chômage structurel est particulièrement élevé en France

La résistance de la baisse du chômage s'explique par un chômage structurel plus élevé en France que dans les autres grands pays développés :

Selon Dorian Roucher, chef de la section synthèse conjoncturelle à l'Insee, fin 2017, 38 % des entreprises déclarent souffrir de difficultés de recrutement, « ce qui est une proportion inédite depuis 10 ans ».

Une étude Pôle emploi montre qu'entre 200 000 et 330 000 projets de recrutements ont été abandonnés « faute de candidats » en 2017.

.

Réduction du nombre de contrats aidés

L'assainissement des comptes publics contraint le gouvernement Philippe à réduire le nombre de contrats aidés, qui depuis 30 ans ont permis aux gouvernements précédents de réduire de façon artificielle le nombre de chômeurs.

Cette politique arrive à son terme, car ce qui reste des contrats aidés sont indispensables aux Collectivités Territoriales. 

.

.

2.5 - Météo

.

La douceur du mois de Janvier 2018 a été défavorable aux soldes des collections automne-hivers.

L'effet météo a été globalement favorable de Février à Septembre 2018.

Les températures fraiches de Février et Mars n'ont pas eu d'effets favorables sur les ventes du fait du décalage entre l'offre en magasin (la collection d'hiver a été retirée pour les collections printemps-été) et les attentes des consommateurs (avec des températures de 5,1° en Février, on n'achète pas des vêtements d'été !).

Au mois de Mai, l'ensemble de l'économie nationale a été pénalisée par les grèves de la SNCF.

.

L'effet météo est un phénomène local. Pour mesurer l'effet météo sur le marché national, on utilise les statistiques météo de Paris-Montsouri.

L'indice mensuel est calculé par rapport à la moyenne du mois des 24 dernières années.

.

Températures max. (moyenne quotidienne du mois)

Mois   2017 
2018 . . .  

var

2018-2017   

...

Indice

100 = moyenne du mois

Effet météo

Cohérence avec

la croissance des ventes

Janvier     5,3 ° 10,3 °  +5,0 ° 139 négatif oui
Février    10,7 ° 5,1 ° -5,6° 58 positif non
Mars    15,1 ° 11,2 ° -3,9° 89 positif non
Avril    16,7 ° 19,0° +2,3° 115 positif oui
Mai    22,0 ° 23,0° +1,0° 114 positif non
Juin    26,5 ° 24,8° -1,7° 108 positif oui
Juillet    26,2 ° 29,6° +3,4° 117 positif oui
Août    25,2 ° 27,1° +1,9° 107 positif oui
Septembre    20,2 ° 22,9° +2,7° 106
Octobre    18,3 °
Novembre   11,1 °
Décembre 8,4 °

Source : http://www.meteociel.fr/climatologie/villes.php?code=7156&mois=10&annee=2017

III - Environnement économique

.

.

3.1 - Les taux d'intérêts restent à un niveau très bas

.

Depuis 2016, alors que la FED remonte progressivement ses taux directeurs pour éponger les liquidités, la BCE pratique des taux d'intérêts nuls pour faire baisser l'€uro et faciliter le refinancement des pays méditerranéens de la zone €uro.

.

http://france-inflation.com/taux-directeurs-bce-fed.php

.

3.2 - L'€uro se stabilise à un juste niveau

.

La politique de taux d'intérêts nuls de la BCE a permis une forte baisse de l'€uro par rapport au $ de Mai 2014 à Avril 2015, puis une stabilisation en 2016.

De Mai à Avril 2018, l'€uro connaît une légère remontée, alors que les fondamentaux économiques jouent en faveur d'une dépréciation de l'€uro face au  $ (forte croissance et hausse des taux directeurs aux USA).

Depuis Mai 2018, l'écart croissant entre les taux directeurs de la FED et de la BCE poussent l'€uro à la baisse.

Avec 1,1659 $ pour un €uro en Septembre 2018, le taux de change de l'€uro est à un niveau d'équilibre favorable à l'économie de la zone €uro

.

http://ec.europa.eu/eurostat/tgm/table.do?tab=table&init=1&language=fr&pcode=teimf200&plugin=1

.

3.3 - Hausse du prix du pétrole

.

Après avoir fortement baissé de Juin 2014 à Janvier 2016, le cours du pétrole remonte.

En Septembre 2018 il s'approche de la barre des 80 $ le baril.

.

Source INSEE - prochaine parution 18 Novembre 2018

.

3.4 - Maintient de la croissance des principaux marchés d'exportation de la France

.

Le taux de croissance du PIB des principaux marchés étrangers de la France, pondérés par leur poids dans les exportations françaises, se maintient à un bon niveau.

Sources :  OCDE et INSEE

Principaux marchés étrangers : Allemagne, Espagne Italie, USA, Belgique, Royaume-Uni, Chine, Pays-Bas, Suisse, Pologne, Singapour, Turquie, Japon

Notre indicateur ne prend pas en compte la Chine (l'OCDE ne communique les données de la Chine que depuis 2010) et Singapour (qui ne fait pas partie de l'OCDE).

.

.

.

3.5 - Indicateur de synthèse de l'environnement économique

.

Depuis 2015, l'indice de synthèse de l'environnement économique est à un niveau exceptionnellement favorable, sous l'effet cumulé des faibles taux d'intérêts, de la baisse du taux de change de l'€uro et du prix du pétrole, de la reprise économique chez les principaux partenaires économiques de la France.

En Septembre 2018, l'économie de la zone €uro reste sous perfusion, avec le taux directeur de la BCE maintenu à zéro.

Le taux de change de l'€uro reste favorable.

La croissance des principaux marchés d'exportation se maintient, à un niveau comparable à ce qu'elle était avant la crise de 2008.

Le prix du pétrole est remonté à son niveau d'avant crise.

A moyen terme, il faut s'attendre à une remontée du taux directeur de la Fed et du cours du pétrole. L'environnement global pourrait redevenir un peu moins favorable, mais il reste de la marge.

.

.

IV - Retour à un sourcing de proximité

.

Le poids de la Chine et du Bangladesh dans les importations de prêt-à-porter féminin est en baisse.

Le poids des fournisseurs de proximité est en hausse : Italie, Maroc, Turquie, Tunisie

La Chine subit à son tour les délocalisations d'usines de textiles. Les salaires chinois ayant fortement augmentés depuis le début des années 2000, les donneurs d'ordres se reportent vers le Vietnam et le Cambodge.

http://fr.fashionnetwork.com/news/Importations-la-Chine-perd-du-terrain-en-France-sur-le-pret-a-porter-feminin,945542.html#utm_source=newsletter&utm_medium=email

V - Tableau de bord de la conjoncture INSEE

VI - IFM Panel consommation mensuelle d'articles d'habillement et textiles

Annexe : dates des évènements ayant eu un impact sur le marché de l'habillement

.

1e Janvier 2018 : Hausse de la CSG

l1e Janvier 2018 : Hausse des taxes sur le carburant et le gaz augment. "La trajectoire de la taxe carbone inscrite dans la dernière loi de finances va se traduire, d'ici à 2022, par une revalorisation de la TICPE (taxe intérieure de consommation des produits énergétiques) et de la TICGN, son équivalente pour le gaz, à hauteur de 14 milliards d'euros sur cinq ans." (source Les Echos)

Mars 2018 : Hausse de un euro de la taxe tabac

Avril 2018 : Hausse de 50 centimes de la taxe tabac

1e Juillet 2018 : Taxe Soda

Novembre 2019 Hausse de 50 centimes de la taxe tabac

Avril 2020 : Hausse de 50 centimes de la taxe tabac

Novembre 2020 : Hausse de 40 centimes de la taxe tabac.